Bèla Latina

 

Bela Latina en 2002
Bèla Latina en 2002
2016 Bela Latina
Bèla Latina en 2016
HistoriqueCaractéristiquesJalouse ?RestaurationFiche Inventaire
Ce barquet a été construit en 2002 sur le chantier de la Plagette par Raymond Dublanc avec les élèves d’une classe de 5ème du collège occitan Léon Cordes à Grabels. Aujourd’hui l’association gère et entretient le bateau pour le collège qui en est resté propriétaire.
Bèla Latina vient d’être restaurée en 2016, elle est mise à la disposition des adhérents sur le chantier de la Plagette afin de promouvoir la navigation à la voile latine.

Type : Barquet
Longueur fond : 4,00 m soit 16 pans
Largeur fond : 1,00 m
Coefficient : 0,25
Tonture importante

NB: Jules Vence mesure la longueur et la largeur de ce type d’embarcation sur le fond appelé aussi le plan du bateau. Nos anciens avaient l’habitude de désigner ces bateaux  à fond plat d’après leur longueur en « pans » qui est la longueur du fond en mètres divisée par 0,25 m. Une nacelle fait entre 20 et 24 pans, plus petit ce sera un barquet ou un négafol, plus grand ce sera un marinier.

Cette embarcation a la réputation d’être « jalouse », en effet on pourrait le croire si on se reporte au tableau de Jules Vence concernant les proportions généralement en usage sur ces bateaux, Bèla Latina serait trop étroite et de 22 cm sur 1 mètre, et cela au détriment de sa stabilité.

img354Cette petite barque aurait été construite comme les barquets qui servaient à pêcher le loup à la rame dans les canaux de Sète, plus éfilées que celles qui naviguaient à la voile.

Bèla Latina a été construite en suivant scrupuleusement les dimensions préconisées par Monsieur Aversa pour un barquet de 4,00 m au plan ou 16 pans.

img355
Plan de Monsieur Aversa
img356
Plan de Monsieur Aversa

La largeur doit faire 95 cm + 5 cm de chaque côté pour la place des bordés et du joint, soit 1,05 m au total. C’est exactement la largeur de Bèla Latina ! ! !

Donc nous n’avons pas d’argument pour dire que cette barque est jalouse, d’autant que ceux qui ont navigué à la voile avec Bèla Latina n’ont pas confirmé cette tendance.

On serait tentés de penser que les hommes sont plus jaloux que les barques !

En 2002 les membrures avaient  été réalisées sans respecter le fil du bois si bien qu’elles ont pratiquement toutes cassé. En 2016 elles seront remplacées par des amadiés taillés dans le tronc et les départs de branches de pin comme sur toutes les nacelles faites à l’ancienne et dans le respect de la tradition.

 

P1030568 - copie
amadiés traditionnels
P1030600
amadiés fendus

P1030567 - copie

P1030572 - copieBèla Latina comporte 9 couples de membrures, 1/3 d’entre elles seront remplacées soit 6 membrures sur 18.

Les bordés avait été réalisés en niangon, la biobasse est fendue probablement au montage, à bâbord comme à tribord, le problème a été résolu à l’époque en enlevant les parties fendues et en les remplaçant par des morceaux de bordés en pin.

P1030591
Ces pièces rapportées bien abimées seront changées. Pour un travail parfait il aurait fallu changer l’ensemble de la biobasse.

P1030601

On arrete la propagation de la fente en mettant une cheville

Bèla Latina est mise à l’eau au début de l’été 2016, elle est à la disposition des adhérents pour la faire naviguer.
Pour le gréement, un mât de récupération a été installé et une voile latine nous a été prêtée. Le mât s’avère être un peu court, une longueur de 3,20m serait idéale.

Pour mieux remonter au vent des essais de dérive latérale sont réalisés.
Certains rêvent même de l’équiper de balanciers à la manière des ngawala ou des prao polynésiens.

Photo Le Chasse-Marée N° 6

D’autres voudraient en faire une « Bette de course ».

Couverture Inventaire des barques
Clique pour voir la fiche